Non classé

La prise de parole lors des « listening comprehension »

C’est une question que l’on m’a posée sur la page Facebook, encore une fois… 😉

Comment encourager la prise de parole lors de la phase de restitution d’une « listening comprehension » ?

Lors des restitutions, il est vrai qu’il est parfois difficile d’obtenir des réponses venant de plus de 4 ou 5 élèves, généralement les plus à l’aise, ceux qui, on le sait, ont déjà presque tout compris à la première écoute !

Et les autres alors ? Comment faire pour qu’ils aient malgré tout la possibilité de partager ce qu’ils ont entendu ?

Grille ou pas grille ?

Pour moi, plus de grilles !

La grille, ça a surtout un côté rassurant pour NOUS, les profs !

Mais mettons-nous à la place d’un élève, et voyons les difficultés qu’il va rencontrer AVANT même d’écouter le document :

  • cette grille, elle se lit comment ? Parce que vous aurez remarqué les multitudes de tableaux proposés dans les workbooks de nos manuels…jamais la même grille ! Du coup, pour ce qui est du « transférable »… pas top !
  • dans cette grille il y a des mots que l’élève ne comprend pas toujours !
  • les informations entendues vont dans quelle colonne ? quelle case ? c’est dans l’ordre de la grille ou pas ???? Autant de questions qui vont d’emblée parasiter le cerveau de nos petits « dys » pour lesquels les tableaux à plusieurs entrées sont de vrais cauchemars !

Dons…pas de grille ! Et vous allez voir que passées les premières fois où vous allez devoir adapter votre façon de faire, vous allez A-DO-RER !

Comment je procède ?

Tout d’abord, je précise que ma classe est en îlots…

  • lors de la première écoute, j’interdis à quiconque de noter quoi que ce soit ! #bigbrotheriswatching !
  • deuxième écoute avec une feuille de brouillon cette fois. La consigne est toujours la même : « write all the words that you recognize ». En vrac. Chacun pour soi.
  • ensuite je laisse quelques minutes pour que les membres de chaque îlot comparent leurs notes.
  • troisième écoute, chaque îlot complète si besoin, vérifie.

C’est alors qu’intervient la restitution.

Je demande à chaque îlot de compter combien d’informations ils ont notées.

Et je commence par demander à l’îlot qui en a noté LE MOINS : « What words did you write on your paper ? ». J’écris les mots au tableau, en vrac ou un élève de l’îlot se porte volontaire pour le faire (ils adorent, surtout les petits).

Puis je passe à l’îlot qui a noté quelques infos en plus, un élève vient compléter au tableau ce qu’il a EN PLUS par rapport au premier.

Je procède ainsi jusqu’à l’îlot qui a noté le plus d’informations, voire des expressions complètes, des renseignements implicites, etc…

Chaque îlot apporte sa pierre à l’édifice et les élèves en difficulté interviennent dès le début, quand c’est « facile ».

Le recap en collaboratif

Pour l’étape du recap, j’écris les fameux WH-words au tableau, et je demande aux élèves si, avec les mots notés jusque là (souvenez-vous, ils sont en « vrac »), ils peuvent répondre aux questions WHO ? WHEN ? etc… Nous faisons du classement d’informations en quelque sorte ! Et de la déduction, on émet aussi des hypothèses.

S’il y a des informations incertaines, nous ré-écoutons une dernière fois pour confirmer ou infirmer ce que nous avions imaginé.

Pour finir, une fois cette étape terminée, les élèves doivent récapituler tout cela en faisant des phrases que nous notons en trace écrite dans le cahier. Chaque îlot fait une phrase, l’îlot suivant enrichit ou corrige ce qui vient d’être dit.

Je n’ai jamais de trace écrite préparée ! Si les élèves n’ont pas tout entendu, je n’insiste pas pour leur faire dire l’info que je veux absolument qu’ils disent parce que je l’avais prévue dans la trace écrite.

En français ou en anglais ?

Lors des séances d’entraînement à la compréhension en classe, je demande aux élèves de restituer en anglais.

Mais lors des évaluations, et si je ne veux évaluer QUE ce que les élèves ont COMPRIS, la seule solution, je trouve, c’est de demander une restitution en français. Il n’y a que comme cela que l’on peut être sûrs qu’ils ont compris !

Sur leur feuille d’évaluation, ils dessinent un cadre dans lequel ils notent les mots entendus (comme sur leur brouillon en classe, du coup je peux voir ce qu’ils ont vraiment entendu, même si c’est écrit en phonétique…), puis je leur laisse quelques minutes pour classer leurs infos et écrire leur résumé, en français, de ce qu’ils ont compris.

Et je suis toujours agréablement surprise de voir, au final, et malgré leurs grimaces pendant l’évaluation, le nombre d’élèves qui ont compris l’essentiel !

Et une dernière petite activité pour la route….

En fin de cours, quand tout le monde a noté la trace écrite élaborée en commun, j’aime bien effacer des mots dans cette trace écrite, les mots clés souvent…mais pas seulement ! Parfois les « link words » ou les adjectifs…tout dépend ce que je veux leur faire travailler…

Ensuite petit exercice de mémoire à court terme : reconstituer les phrases à l’oral en complétant les « blanks », cahiers fermés bien sûr. Ils adorent faire ça ! Tout le monde peut participer, et cela avance leur travail d’apprentissage de la leçon. On peut faire un jeu de chaîne d’un îlot à l’autre par exemple.

Bien sûr, on peut encore varier les façons de restituer ce que l’on a entendu, ainsi que la phase d’anticipation AVANT l’écoute, dont je n’ai pas parlé ici.

Alors n’hésitez pas à partager vos idées en commentaire !

Cheerio !

Publicités
Mes ressources

Jeu : Who is he ? Who is she ?

image à projeter au tableau, ou à photocopier en couleur (1 par ilot par exemple)

Le jeu vous le connaissez, c’est une sorte de « Qui est-ce ? ».

Les élèves ne doivent poser que des yes-no questions pour deviner un personnage.

Celui qui répond doit utiliser des réponses brèves.

Enjoy !